Prendre des décisions à l'aide du savoir autochtone

La quiétude d’une pêcheuse et d’un inukshuk au crépuscule

Une mobilisation significative nous permet d’être un meilleur organisme de réglementation. Elle appuie nos recommandations à la Commission en plus de contribuer à l’amélioration de la sûreté et de la protection de l’environnement, ainsi qu’à la résolution efficace des problèmes. C’est pourquoi nous continuons à transformer la façon dont nous travaillons avec les communautés autochtones, car nous reconnaissons que leurs cultures, connaissances et histoires uniques jouent un rôle crucial dans notre travail.

Un élément essentiel de cette mobilisation est la reconnaissance et la compréhension du rôle important que le savoir autochtone joue dans notre travail de réglementation. Celui-ci, de même que le contexte culturel, nous aide à mieux comprendre les impacts potentiels de projets sur l’environnement et les communautés. En misant sur ce savoir et en l’intégrant aux renseignements réglementaires, nous pouvons améliorer la rigueur de nos examens, de nos évaluations et de notre surveillance réglementaire.

Qu’est-ce que le savoir autochtone?

Le Canada compte plus de 630 Premières Nations, 420 000 personnes qui s’identifient comme Métis et 53 communautés inuites. Cette diversité signifie que la définition de savoir autochtone varie, et que chaque communauté pourrait avoir sa propre idée de ce que cette notion signifie pour elle et sa culture.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) définit le savoir autochtone comme « les connaissances, le savoir-faire et les philosophies développés par des sociétés ayant une longue histoire d’interaction avec leur environnement naturel. »

En bref, le savoir autochtone est unique aux peuples autochtones.

Il comprend les connaissances des interrelations entre la culture, l’environnement, l’économie, la santé, la politique et la spiritualité. Le savoir autochtone doit être pris en compte et compris pour ce qui est du langage, des perspectives et de la vision du monde des détenteurs du savoir. Il ne peut être séparé d’un tel contexte. Cela explique pourquoi la communauté et les détenteurs du savoir sont les seuls qui peuvent décider s’ils acceptent de donner accès à leur savoir autochtone.

Comment utilisons-nous le savoir autochtone?

Notre organisation et notre personnel travaillent avec les communautés autochtones pour comprendre et intégrer leur savoir dans nos évaluations et processus de réglementation, y compris les suivants :

  • activités d’autorisation
  • déclassement
  • Programme indépendant de surveillance environnementale
  • examens environnementaux et évaluations du risque
  • interventions orales et écrites aux séances de la Commission

Nous nous sommes engagés à favoriser une véritable réconciliation avec les peuples autochtones et à intégrer leur savoir traditionnel dans notre travail de réglementation. Notre personnel élabore depuis les 2 dernières années, en consultation étroite avec les parties intéressées, un cadre pour travailler avec le savoir autochtone dans le but d’adopter une approche intégrée, axée sur la collaboration avec les détenteurs du savoir ainsi que sur le consentement, la confidentialité et le respect culturel.

Lisez notre Cadre stratégique sur le savoir autochtone pour apprendre comment nous misons sur le savoir autochtone et l’intégrons à notre travail de réglementation.

Apprenez-en plus sur notre approche à la mobilisation des Autochtones et sur la façon de contribuer à notre processus de réglementation nucléaire.

Dernière mise à jour :