Impacts de la décision de l’ORSC sur l’installation de Gentilly-2

Depuis la fin des activités commerciales à Gentilly-2, en décembre 2012, plusieurs projets et activités ont été réalisés en prévision du déclassement et du démantèlement éventuels. L’Organisation régionale de la sécurité civile (ORSC) de la Mauricie et du Centre-du-Québec a mandaté des experts d’évaluer les risques radiologiques associés à Gentilly-2.

Installation de Gentilly-2

Installation de Gentilly-2

Ces examens et évaluations ont entraîné de grands changements au plan des mesures d’urgence nucléaire externe de Gentilly-2. Celui-ci comprenait des mesures de protection visant la population à proximité de l’installation, dont la distribution préalable de comprimés d’iodure de potassium (KI) aux membres du public aux fins de consommation dans l’éventualité peu probable d’un accident nucléaire avec des rejets hors site. L’ORSC a confirmé que l’installation de Gentilly-2, qui est actuellement en état de stockage sûr, ne représente plus un risque radiologique pour les collectivités avoisinantes et que le Plan des mesures d’urgence nucléaire externe à la centrale nucléaire de Gentilly-2 (PMUNE-G2) pouvait être aboli.

La CCSN tient à rappeler aux Canadiens que la décision de l’ORSC n’a aucune incidence sur les plans d’intervention en cas d’urgence sur le site de Gentilly­2; ceux-ci continueront à être appliqués par Hydro-Québec conformément aux exigences réglementaires de la CCSN.

Pour préciser, les experts mandatés par l’ORSC ont déterminé que tout événement mettant en cause des substances nucléaires qui pourrait se produire à l’intérieur de la zone d’exclusion de Gentilly-2 n’aurait aucune incidence sur la santé à l’extérieur du site. C’est pour cette raison que l’ORSC a éliminé la zone de planification d’urgence qui avait été établie à 8 km et a demandé aux personnes qui avaient reçu des comprimés de KI de les remettre à leurs pharmacies locales ou à des installations municipales désignées.

Le personnel de la CCSN a examiné la décision de l’ORSC et il n’a aucune préoccupation liée à la sûreté nucléaire à formuler. Cependant, il a noté que la mise à l’arrêt du réacteur de Gentilly-2 a également mis fin à la production de produits de fission. Par conséquent, la décision concernant le plan des mesures d’urgence nucléaire externe de Gentilly-2 a été motivée par la diminution importante du niveau de risque radiologique posé par l’installation.

Le personnel de la CCSN continue à exercer les activités de surveillance réglementaire exigées pour confirmer que la sûreté nucléaire est maintenue à l’installation de Gentilly-2. Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à communiquer avec la CCSN.

Dernière mise à jour :