L'échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques

Qu'est-ce que l'INES?

L'échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques ou échelle INES est un outil d'évaluation des accidents nucléaires dont se servent l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et ses États membres – dont le Canada – pour classifier les accidents nucléaires.

Dès que survient un événement nucléaire ou radiologique, il est classé selon l'échelle INES, dont le niveau le plus élevé est 7. L'échelle tient compte des impacts sur la population et l'environnement, des barrières et contrôles radiologiques, ainsi que des couches multiples de la défense en profondeur faisant partie intégrante de la conception des réacteurs nucléaires.

L'échelle est conçue pour classifier la taille d'un rejet de matières radioactives, ainsi que la dose publique connexe. Les impacts sur la population et l'environnement sont mesurés au moyen de calculs de la quantité et du type de matières radioactives rejetées.

Les événements sont classés selon sept niveaux : 1 à 3 (incidents) et 4  à 7 (accidents)

Source : AIEA (cliquer pour agrandir)

Qui détermine le classement INES?

La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a la responsabilité d'évaluer et de fournir à l'AIEA les classements provisoires et définitifs de l'INES. Ces classements peuvent changer à mesure que progresse l'événement nucléaire. Une fois ce dernier stabilisé, les classements provisoires sont diffusés à l'AIEA et aux autres États membres afin d'assurer une communication uniforme au sein de la communauté nucléaire internationale.

Les classements définitifs de l'INES sont diffusés une fois que l'événement a pris fin et que des renseignements adéquats sont disponibles pour finaliser le classement.

Quel lien y a-t-il entre l'INES et les interventions d'urgence?

Les classements INES sont utilisés à l'échelle internationale pour consigner et classer les événements nucléaires et radiologiques. Un classement INES ne sert pas à guider les mesures d'intervention d'urgence. Le classement n'est pas utilisé par les provinces de l'Ontario ou du Nouveau-Brunswick et la CCSN n'oblige pas les titulaires de permis à tenir compte des classements INES dans leur planification d'exercices d'urgence.

Quel lien y a-t-il entre l'INES et les exercices d'urgence?

La CCSN oblige les centrales nucléaires à effectuer un exercice d'urgence à grande échelle tous les trois ans afin de vérifier les plans d'intervention d'urgence, les fonctions décisionnelles, les capacités d'intervention et l'interopérabilité entre les organisations. L'objectif est de mettre à l'épreuve la capacité du titulaire de permis, des organismes d'intervention, ainsi que des intervenants des municipalités, des provinces et du gouvernement fédéral d'atténuer l'impact d'un accident nucléaire.

Les exercices sont conçus de manière à simuler un rejet éventuel. En fonction des mesures que prennent les intervenants d'urgence, les accidents simulés peuvent entraîner un accident (simulé) à des conséquences graves de niveau à l'échelle INES (simulées), compte tenu des matières radioactives qui sont susceptibles d'être rejetées selon le scénario et en partant du principe qu'il y a une dégradation progressive du combustible.

La conception de l'exercice met à l'épreuve les plans d'intervention d'urgence dans les provinces de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick, ainsi que leur capacité de mettre en œuvre des mesures protectrices telle que la mise à l'abri et l'évacuation du public.

Pour en savoir plus, lisez la brochure de l'AIEA sur l'échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques (INES) (PDF)

Dernière mise à jour :